Vas et dis leur que l’Europe et la démocratie n’ont jamais existé!

Deux petits rappels…
Démocratie : système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l’ensemble des citoyens.
Union européenne : extrait de Jean Monnet, au terme de ses Mémoires : « Ai-je assez fait comprendre que la Communauté européenne que nous avons créée n’a pas sa fin en elle-même ? Elle est un processus de transformation qui continue celui dont nos formes de vie nationale sont issues … Les nations souveraines du passé ne sont plus le cadre où peuvent se résoudre les problèmes du présent. Et la Communauté elle-même n’est qu’une étape vers les formes d’organisation du monde de demain »
Voila, l’Espagne vient d’étouffer la Catalogne dans son berceau !…. et les grandes démocraties européennes, la France en tête, accourent pour présenter à ce pays infanticide leurs félicitations !
Par cet acte, l’Union européenne vient de transgresser le fondement même de sa raison d’être. Pourtant, toujours avide de nouveaux peuples, l’Union européenne voyait enfin naître en son sein même un nouveau pays. Heureux événement ! Eh bien non, la sanction est tombée : ce nouveau pays n’existera pas.
Alors demain, que l’Union européenne ne vienne pas nous gaver de discours hypocrites réclamant l’intégration de l’un de ces nombreux pays de l’ex-bloc communiste au prétexte qu’eux aussi on droit à la liberté ! cette même liberté qu’elle vient de refuser à la Catalogne. Bref, l’Union européenne ne sert définitivement plus à rien, elle va disparaître.
En ignorant le vote démocratique de toute une population, l’Union européenne s’enlève à tout jamais son ultime parcelle de légitimité. Elle avait là une opportunité fabuleuse de défendre la démocratie, elle l’a refusée, préférant cautionner et approuver la sanction de mise à mort de la Catalogne voulue par l’Espagne.
La suite, on va vous la dire dès maintenant : l’Espagne va “normaliser” la situation et exiger un nouveau vote. Or, en d’autres temps, pas si lointains, normaliser la situation aurait consisté en un bon petit nettoyage ethnique afin de ne conserver que les “bons votants” pour obtenir un score à la mode de 1860, comme en Savoie avec un splendide 99% de OUI.
Mais les temps ont changé, et “tuer n’est pas jouer”. De nos jours, en 2017, on recourt à de nouvelles méthodes, qui consistent à retirer à la victime son statut de victime. Comme l’opinion publique aime défendre les victimes, lui retirer cette ultime protection parachève sa totale destruction.
Donc pas de nettoyage ethnique, car un bon petit nettoyage ethno-informatique fera le travail aussi bien. Ainsi, l’Espagne va décider toute seule de qui votera ou ne votera pas, rayant les Catalans qui ont quitté la Catalogne, et inscrivant en masse les Espagnols résidant en Catalogne. Ensuite, une petite dose d’erreurs bien ciblées achèvera ce travail, par exemple, un envoi trop tardif ou mal orthographié des cartes d’électeurs, ou encore quelques petites crasses diverses et variées et autres artifices. On y ajoutera également une bonne campagne de désinformation (les entreprises vont laisser tomber la Catalogne, etc..), et voilà, l’affaire est dans l’urne. Et puis, si jamais, l’expert en la matière qu’est la France est là, au cas ou l’Espagne souhaiterait un mode d’emploi plus détaillé de ces manœuvres de normalisation.
Le score de ce vote ? Allez, on vous le donne tout de suite : 52 % pour rester attaché à l’Espagne, et 48% pour l’autonomie ; ben oui, les 99% à la française ne passeront plus trop en 2017 ; et puis, une courte victoire, ça fait bien plus “démocratique”.
La messe est dite : OUI, une belle messe d’enterrement ! Alors que nous étions conviés à une cérémonie de baptême ! Triste fin et tristes Sieurs ! Épitaphe sur la pierre tombale catalane : “Exister, c’est combattre ce qui me nie.”
Citation: “Exister, c’est combattre ce qui me nie.” Dominique Venner

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*