L’Espagne continue de bafouer les droits internationaux

L’Espagne continue de bafouer les droits internationaux et refuse le renvoie de taiwanais à Taïwan au profit de la Chine… Que cherchent l’Espagne… et la France ?

Traduction :

Taïwan: le gouvernement condamne la décision de l’Espagne d’envoyer en Chine des ressortissants soupçonnés de fraude

La décision de la Cour nationale d’Espagne de remettre à la Chine 121 suspects d’une affaire de fraude, bien que beaucoup d’entre eux soient des citoyens taïwanais, a été sévèrement condamnée par le Conseil des affaires continentales (MAC). Taïwan a demandé que les suspects taïwanais soient renvoyés à Taïwan, mais les autorités espagnoles n’ont pas répondu à la demande, promettant plutôt de les envoyer en Chine dans le cadre d’un accord bilatéral d’assistance judiciaire. Le MAC a déclaré qu’il observerait la situation de près et a appelé la Chine à coopérer sur l’enquête sur la fraude afin que les suspects taïwanais puissent rentrer chez eux.

Le Conseil des Affaires Continentales (MAC) a critiqué la décision de la Cour Nationale Espagnole, vendredi [15 décembre 2017], d’envoyer en Chine Continentale 121 suspects dans une affaire de fraude télécoms, tous Chinois et Taïwanais.

Dans un communiqué publié samedi, le MAC a condamné la décision, la qualifiant de stratagème de la part de la Chine pour supprimer Taïwan sur la scène internationale.

Le MAC a réitéré qu’avec le ministère des Affaires étrangères et le Bureau des enquêtes criminelles, il continuerait à surveiller la situation et a appelé la Chine à coopérer sur une enquête sur la fraude aux télécommunications présumée afin que les ressortissants de Taiwan arrêtés puissent être renvoyés à Taiwan dès que possible. possible.

Les autorités espagnoles ont arrêté un total de 269 personnes soupçonnées de fraude télécoms totalisant jusqu’à 12 millions d’euros à la fin de l’année dernière, dont 218 identifiés comme des ressortissants taïwanais.

Bien que Taïwan ait demandé le retour des suspects taïwanais, les autorités espagnoles n’ont pas répondu à cette demande en promettant d’envoyer les 269 suspects en Chine dans le cadre d’un accord bilatéral d’assistance judiciaire.

Dans sa décision de vendredi d’envoyer le premier lot de suspects en Chine, le tribunal national espagnol a rejeté les allégations des avocats représentant les Taiwanais soupçonnant que “Taiwan ne fait pas partie de la Chine”, ce qui signifie que ces personnes ne devraient pas être envoyées.

L’identité des 121 suspects qui vont maintenant être extradés n’a pas été confirmée, de sorte que l’Office économique et culturel de Taipei (TECO) à Madrid est actuellement incapable de confirmer combien sont des ressortissants taïwanais, at-il déclaré à l’AIIC.

TECO surveille la situation et offrira son assistance aux suspects taïwanais et à leurs familles.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*