Dégagisme

Le dégagisme, voilà le dernier phénomène qui agite le Landerneau politique français !
De quoi s’agit-il ? – C’est tout simplement l’expression d’un reproche émanant de tous les anciens hommes et femmes politiques qui occupaient le devant de la scène durant ces trente dernières années.
Or voilà qu’un nouveau venu se déclarant ni de droite ni de gauche – la marque des visionnaires donc – vient de jeter à bas tous ces tristes sieurs, et ce par le vote du peuple…
Comme quoi, si on offre des choix novateurs au peuple, ne doutez pas qu’il saura s’en saisir !
Alors, à tous les futurs leaders de la Savoie de demain, préparez-vous à prendre vous aussi ce virage à 180 degrés. Vous ne serez ni de droite ni de gauche mais d’ici : de Savoie, et c’en sera terminé de tous ces “PariSavoie” professionnels sclérosés de la politique locale n’ayant pour seule ambition que de perdurer dans leur rôle de docile courroie de transmission des ordres de Paris vers la Savoie.
Le bilan est là : augmentation du chômage, de l’insécurité et de la dette française dans des proportions abyssales, et diminution considérable de la puissance industrielle de la Savoie, car ces collaborateurs zélés de Paris ont livré, sans la moindre vergogne, la richesse de notre région au vampirisme de la France sans en exiger ni le moindre compte ni la moindre contrepartie.
Ceux de nos élus locaux et régionaux francisés, franchisés pourrait-on dire, verront leur temps bientôt révolu. Il faut faire place nette, en terminer avec l’immobilisme soumis de ces 158 dernières années, en terminer avec ce passé dépassé qui nous exigeait français alors que nous sommes et resterons à jamais Savoyards.
Ce sont des idées nouvelles et novatrices qu’il nous faut, une Savoie qui bouge, qui se bouge ! une Savoie qui avance par elle-même, une Savoie autogérée, le voilà le nouveau défi, alors oui, dégageons cet ancien monde politique totalement sclérosé, et confions désormais le pouvoir à des hommes et à des femmes savoyards qui rendront des comptes ici, en Savoie, à LA SAVOIE !

Notre ami Pierre.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*